Logo du blog Matière Blanche
Vous êtes ici :
Ecrit le 23-01-2016 08:18

Conseils pratiques

Comment éliminer les pesticides de vos aliments ?

Comment éliminer les pesticides de vos aliments ?
Le nettoyage des aliments

Même si les prix se sont démocratisés, consommer bio de nos jours n'est malheureusement pas encore à la portée de toutes les bourses. Faut-il pour autant remettre en cause la consommation de fruits et légumes ?

La question est légitime aux vues des quantités massives de produits chimiques versées chaque année sur ces aliments de première nécessité et qui devraient être associés uniquement à la santé de tous.
En 2008, c'est 76000 tonnes de pesticides qui ont été épandues sur les terres françaises, nous positionnant ainsi comme premier consommateur européen et troisième au niveau mondial. Au final, c'est 349 pesticides différents (éthylènediamine, chlorprophame, thiabenzadole, carbaryl, etc.) qui contaminent des végétaux que l'on retrouve sur nos étals. Au total, 50% des fruits, légumes et céréales seraient pollués par des résidus de pesticides (ACAP, MDRGF) [3] . Excusez-moi du peu !

On connait aujourd'hui les nombreux effets délétères, à plus ou moins long terme, des pesticides sur la santé. On leur impute de nombreux facteurs de maladies et troubles divers (infertilité [5][6], retards mentaux [2], cancers [4][7], ...). Leur utilisation remet, une fois de plus, le consommateur au centre des préoccupations. Celui-ci pris, le plus souvent, entre son pouvoir d'achat et les entreprises "phytosanitaires" motivées davantage par leurs dividendes que par notre santé. S'ajoutent à ça leurs premiers prescripteurs ; les agriculteurs eux-mêmes.
L'utilisation massive des pesticides encore d'usage aujourd'hui est un comble, lorsque l'on sait qu'il est possible de produire plus durablement, en quantité augmentée et de façon beaucoup plus propre. On peut citer pour l'exemple le biocontrôle ou l'agriculture raisonnée.
En 2005, les études scientifiques menées par l'Inra, le Cermagref et d'autres groupes d'agriculteurs arrivaient déjà toutes aux mêmes conclusions. Il devient prioritaire de réduire, voire de supprimer, l'usage des pesticides en changeant radicalement la façon de produire. Le Danemark a tenté cette expérience et n'a vu aucune incidence économique sur les explotations pilotes. Les agriculteurs sont pourtant demandeurs de techniques alternatives à condition qu'elles soient aussi faciles à utiliser, efficaces, bon marché, rentables et durables que les traitements phytosanitaires. Bon d'accord, jusque-là on s'en doutait un peu ! Il faudrait peut être aussi revoir la façon de produire afin de rationnaliser et responsabiliser les circuits de vente. L'agriculture devrait tout d'abord retrouver ses lettres de noblesse en évitant de produire massivement des végétaux d'une qualité tout à fait médiocre. Et c'est un euphémisme selon les cas ! Prenons en compte un avenir où les consommateurs ne voudront plus payer pour de la m...

N'oublions-pas que ces changements, qui sont déjà en route, prendrons du temps (plan Ecophyto). D'ici là, votre organisme pourra t-il s'adapter aux multiples insecticides, raticides, fongicides, herbicides et tous les ides plus effrayants les uns que les autres qui envahissent nos assiettes ?
Plutôt que de perdre du temps à répondre à cette question évidente, voici quelques astuces facilement applicables au quotidien et qui vous permettront, sinon de détoxifier, du moins d'assainir de façon très importante vos fruits et légumes : leur nettoyage !

Lorsque l'on parle de nettoyage, on évoque le fait de retirer toutes traces de terre, de poussière et de résidus de pesticides pouvant être encore présents sur la peau du fruit ou du légume.

Le bicarbonate de sodium (BiNa)

Souvent cité dans la suite de cet article, le bicarbonate de sodium permet de décrocher les impuretés sur lesquelles s'agglomèrent les résidus (pesticides, germes pathogènes, etc.) et ainsi de pouvoir les rincer et de les éliminer plus efficacement. Il s'agit donc d'un nettoyage des pesticides déposés en surface. Il n'est en revanche pas possible d'éliminer, les pesticides systémiques (qui pénètrent l'aliment par la sève).

Un bon nettoyage à l'eau froide pourra éliminer jusqu'à 80% des résidus de pesticides déposés sur la peau de l'aliment. Si laver les légumes comme les salades peut vite être laborieux, vous pourrez opter pour un trempage à l'eau prolongé (15mn au minimum) à laquelle vous aurez ajouté du bicarbonate de sodium. Rincez ensuite abondemment à l'eau claire les aliments sortis du bain puis séchez-les afin de les conserver au mieux et d'empêcher la prolifération bactérienne. Les proportions du bain sont d'environ 1 cuillère à soupe de bicarbonate par litre d'eau claire. Pour les aliments comme le chou, la laitue, pensez qu'il est préférable de retirer les feuilles externes et le trognon.

Vous pouvez également préparer des bains de vinaigre blanc dans lesquels vous pourrez déposer vos aliments une trentaine de minutes. La proportion est d'environ 10 cl de vinaigre pour 1 litre d'eau. Ce mélange peut s'élever jusqu'à un ratio de 3 pour 1. Pendant le trempage, qui devra durer environ une vingtaine de minutes, n'hésitez-pas à nettoyer soigneusement les aliments afin de retirer un maximum de trâces. Pour cela, vous pouvez utliser une brosse à poils tendres. Après ce bref séjour aquatique de vos chers légumes, pensez toujours à les rincer abondemment sous l'eau froide. Cette technique de bain de vinaigre devra être évitée pour tous les aliments à peau poreuse comme la myrtille afin que le goût de celle-ci ne s'imprègne pas d'une indélicate saveur vinaigrée.
Vous ne supportez pas l'odeur du vinaigre ? Alors utilisez de l'eau citronnée pour vous débarrasser de l'odeur.
Ce n'est pas encore suffisant ? Dans ce cas, vous pouvez utiliser de l'eau salée à 2%. Ce mélange aura les mêmes propriétés et éliminera les pesticides de la même façon.

Pour les aliments possédant un pourcentage très élevé de résidus toxiques, optez pour un mélange "Mr Clean" maison !
Dans 50cl d'eau, ajoutez 25cl de vinaigre de cidre, une cuillère à soupe de bicarbonate de sodium et deux cuillères à soupe de jus de citron. Laissez tremper pendant 60mn environ et nettoyez-les à l'eau claire.

Une autre technique très pratique et peut être moins consommatrice d'eau consiste à préparer un détergent maison et naturel. Dans un litre d'eau, ajoutez 4 cuillères à soupe de jus de citron et 8 cuillères à soupe de bicarbonate de sodium. Ce dernier composant pouvant être remplacé par du vinaigre de cidre. Versez le mélange dans un vaporisateur et pulvérisez en vos fruits et légumes préalablement brossés et ne comportant plus de résidus terreux. Laissez reposer pendant une dizaine de minutes puis rincez-les abondamment.

 

A garder à l'esprit : Evitez de consommer les zestes de fruits non bio. De plus, sachez que plus le temps de stockage est long, plus les pesticides migrent de la peau vers le fruit (jusqu'à 5mm sous la peau d'une pomme).

 

Pour ceux qui craignent de consommer des légumes traités aux pesticides, la cuisson vapeur est souvent recommandée. Afin de conserver toute la richesse nutritionnelle, il est conseillé de ne pas éplucher les légumes avant de les cuire à la vapeur. De plus, la vapeur d’eau aurait pour effet d’éliminer les pesticides en surface du légume par un effet de "transpiration".
Plus adaptée aux légumes et poissons, la vapeur cuit les aliments sans qu'ils soient au contact de l'eau. Cela limite au maximum les pertes de vitamines et de minéraux. Par ailleurs, les nitrates et pesticides des légumes sont éliminés et se retrouvent dans la vapeur d'eau. Contrairement à la cuisson à l'eau, il n'est plus question de consommer l'eau restante.

Pour boucler la boucle, intéressons-nous à l'eau. Afin d'éliminer les particules de métaux lourds, pesticides, nitrates et autres résidus médicamenteux, il est toujours judicieux de s'intéresser aux différentes solutions de purification de l'eau. Pour cela, et en fonction des enveloppes de chacun, il sera possible de trouver des appareils au charbon actif, des osmoseurs d'eau inversés, les électrolyseurs, etc. Ma préférence s'orientera vers les filtres Berkey qui sont très connus dans le monde entier et chez les adeptes du survivalisme.

Voici donc une liste d'opérations prêtes à l'emploi qui permettront à ceux qui ne peuvent s'offrir du bio, d'assainir leurs fruits et légumes et d'éliminer jusqu'à 80% des pesticides et 98% des bactéries.
Pour mener à bien cette opération, vous aurez besoin d'un arsenal composé, d'une brosse, d'un vaporisateur, de vinaigre, de jus de citron, de bicarbonate de sodium et d'eau.
Encore une chose. Si les nectarines, les pommes, le raisin, le céleri, les épinards, les poivrons, les tomates sont les aliments contenant le plus de résidus de pesticides sachez également que certains en contiennent très peu. On notera les avocats (fabuleux trésor naturel !), les kiwis, les oignons, les ananas, l'igname, les mangues, le chou. Qu'il soit bio ou non, un aliment devra toujours être bien nettoyé afin d'éliminer les éléments pathogènes au maximum.
Enfin, sachez que les enfants ont une sensibilité plus accrue aux pesticides. C'est alors votre santé et celle de votre famille qui vous remercieront pour le temps passé à nettoyer et à préparer vos aliments.

Auteur : Cyrille Cuny

bibliographie
[1] http://www.inra.fr/l_institut/expertise/expertises_realisees/pesticides_agriculture_et_environnement
[2] Environ Health Perspect. 2011 Aug;119(8):1189-95. doi: 10.1289/ehp.1003185. Epub 2011 Apr 21. Prenatal exposure to organophosphate pesticides and IQ in 7-year-old children. Bouchard MF, Chevrier J, Harley KG, Kogut K, Vedar M, Calderon N, Trujillo C, Johnson C, Bradman A, Barr DB, Eskenazi B.
[3] http://www.pesticides-etudes.mdrgf.org/
[4] http://etudes.isped.u-bordeaux2.fr/registres-cancers-aquitaine/Snc/document/Info_cerephy.pdf
[5] Hum Reprod 2015. Is dietary pesticide exposure related to semen quality? Positive evidence from men attending a fertility clinic. Hagai Levine and Shanna H. Swan.
[6] Hum Reprod 2015. Fruit and vegetable intake and their pesticide residues in relation to semen quality among men froma fertility clinic. Chiu YH, Afeiche MC, Gaskins AJ, Williams PL, Petrozza JC, Tanrikut C, Hauser R, Chavarro JE.
[7] Int J Epidemiol. 2015 Sep 27. pii: dyv195. Occupational exposure to pesticides and bladder cancer risk. Koutros S, Silverman DT, Alavanja MC, Andreotti G2, Lerro CC, Heltshe S, Lynch CF, Sandler DP, Blair A, Beane Freeman LE.

Cet article n’a qu’un objectif informatif et si vous souhaitez tentez l’expérience de ce thème, parlez-en avant tout à votre médecin.

Cyrille Cuny


Partagez cet article sur vos réseaux sociaux


Laissez un commentaire

(celui-ci sera validé par notre administrateur avant d'apparaître dans la liste ci-dessus)
La saisie d'une identification est obligatoire et doit être une chaîne de caractères.
Commentaire
Afin d'éviter les abus, veuillez recopier le code ci-dessous dans le cadre "Recopier le captcha" avant de valider le formulaire :
Réinitialiser le code Vous devez recopier le contenu de l'image à gauche.
 


Matiereblanche.fr

"Il y a deux façons de se tromper.
L'une consiste à croire ce qui n'est pas vrai.
L'autre consiste à refuser de croire ce qui est vrai."

Soren Kierkegaard

Articles à venir !


  •   L'importance de l'alimentation sur les performances mentales
  •   Le stress oxydatif et les dégâts sur l'organisme
  •   Les H.A.P. - Les hydrocarbures aromatiques polycycliques
© 2014 Matière blanche. Tous droits réservés.